Le blog d'information de Force Citoyenne, mouvement politique indépendant, au service de Sète et des Sétois – Association loi 1901
A Sète, le Lundi 1 septembre 2014

Conseil municipal 24 avril 2012 : entre clarté et obscurité

Au menu, les comptes administratifs de la Ville pour l’année écoulée. Conformes à peu de choses prés au budget initialement voté. Mais aussi le retour de Pacull, des concessions de plage…et du PPP, pas forcément très clair encore !

Enfin de l’aire!

Enfin la Ville de Sète va se mettre en conformité avec la loi et faire respirer ainsi bon nombre de riverains et commerçants proches de Cayenne qui subissaient des occupations et branchements illégaux de caravanes de gens du voyage : l’aire d’accueil imposée depuis des années aux villes de plus de 5.000 habitants va sortir de terre entre l’actuel Centre Technique Municipal (quai des Moulins) et la voie SNCF. Dés lors, toute occupation illégale de terrain en dehors de cette aire pourra normalement être interdite et délogée.

Le maire nettoie…les services !

« Trés ou trop fragiles » les machines achetées par la Ville pour nettoyer les trottoirs d’aprés le maire. Du coup, plus question d’acheter des machines pour le service municipal de nettoiement. Il fait appel à une entreprise privée. Qui a du meilleur matériel donc? Faudrait avoir l’adresse du fabricant!

Elève en progression…mais peut mieux faire !

Du mieux dans l’endettement de la Ville de Sète qui a un peu diminué en 2011 grâce à quelques efforts (dont certains que nous avions préconisés depuis…2008!). Une dette qui reste cependant élevée (1.600 € par habitant). Avec une constatation du trés réaliste (mais pas toujours écouté par le maire) Antoine De Rinaldo, adjoint aux finances : « si les banques ne nous prêtent pas en 2012…on ne fera pas! ».

Reste la poursuite de l’explosion des charges générales de la Ville : prés de 33% d’augmentation  en trois ans! Et ce n’est pas forcément l’inflation normale et la hausse du prix de l’énergie (même en comptant 4% par an!) qui expliquent cela, contrairement à ce qu’il a été dit. Pendant que certains élus de la majorité font des efforts, d’autres flambent!

La rime est (trop) riche!

Obstiné l’élu centriste Régis Lombardi! Une obstination qui a fini par payer puisqu’après l’avoir demandée plusieurs fois, il a obtenu la communication des comptes (succinte certes et non détaillée) du fameux festival des Voix Vives en Méditerranée pour 2011 : 669.000 euros de dépenses pour la Ville! Comme pour 2010…ou un peu moins. Mais il semble que ne sont pas prises en compte les nombreuses embauches de personnel réalisées sous le couvert du Musée Paul Valéry pour ne travailler exclusivement que sur ce festival de poèsie…Notons que sont annoncés en contre-partie 240.000 € de recettes.

Crêche supprimée

Saluons l’opération que va mener l’Office Public municipal d’HLM dans la rue Clair matin : 16 villas-logements en location-accession à la propriété. Marion Devineau a voté contre, l’opposition s’est abstenue. Par contre une interrogation à laquelle personne n’a répondu : il était prévu initialement une crèche dans le projet. Elle a aujourd’hui sauté dans la nouvelle mouture présentée en délibération. Et on ne sait pas pourquoi…

De Marrakech…au Lido !

Saluons aussi le retour en séance de conseil municipal de Sébastien Pacull, que nous avons assuré de notre soutien face à des menaces anonymes à son encontre. Le délégué au commerce, en désaccord parait-il comme il l’a révélé à certains en ville avec le maire sur l’attribution de certaines concessions de plage, avait envisagé de remettre ses délégations, voir de démissionner. Un petit voyage au Maroc, en compagnie de son édile, a semble-t-il balayé les grains de sable existants. L’élu a présenté une délibération visant à négocier et attribuer directement les trois lots restés infructueux lors de l’appel d’offres d’il y a quelques semaines.

Une proposition faite le 27 mars dernier par Régis Lombardi (en photo ci-contre), et donc retenue. Qui s’est cependant étonné de voir que la Ville ne s’était préoccupée de cette possible solution…qu’à compter du  5 avril seulement (interrogation sur la faisabilité de la chose adressée aux services de l’Etat), faisant ainsi à nouveau perdre du temps aux éventuels concessionnaires. D’ailleurs, pourquoi ne pas envisager de réduire le montant de loyer à payer par les concessionnaires cette saison en déduisant le nombre de semaines de retard d’exploitation pour eux? Ce serait un peu normal non?

Commeinhes pas motivé

D’ailleurs à ce propos, le maire n’a toujours pas explicitement motivé sa décision de ne pas forcément suivre sa commission qui attribuait à l’analyse des offres le lot 11 à un candidat. Motivée par contre sa décision annoncée en petit comité à la mairie de se représenter pour un troisième mandat en mars 2014…Avec l’espoir (exprimé par ailleurs), sur sa lancée, de devenir sénateur ou député européen. Puis de laisser la mairie?

Tauler tourne la page

Le directeur de cabinet actuel du maire Michel Tauler (même s’il se murmure qu’il pourrait partir…) était trés concentré lors de ce conseil municipal : il a épluché les pages sportives d’un célèbre journal. Peut-être à la recherche d’un investisseur du Quatar pour les clubs sétois, pour remplacer l’investisseur de Dubaï que le maire promettait après un séjour là-bas?

Toujours des zones d’ombres

Et revoilà donc le PPP (Partenariat Public-Privé) que la majorité municipale prône depuis trois ans pour confier l’entretien et la gestion de l’éclairage public. Projet dénoncé et combattu dans sa première mouture par Force Citoyenne (voir nos articles précédents), mais aussi alors par la conseillère municipale Marion Devineau et par l’opposition élue. Pour mémoire, tous dénonçait le fait que l’audit préconisant le recours au PPP était fait par un ex-associé de l’entreprise « spontanément » candidate pour le contrat, que le coût allait surendetter la Ville de Sète sur vingt ans avec un surcoût de 17 millions, que la rénovation de l’éclairage public n’avait pas être réalisée coûte que coûte à marche forcée en trois ans (avant les élections)…

Heureusement, sous la pression du préfet qui avait relevé une irrégularité dans la commission d’appel d’offres, la procédure a été annulée.

Or voici que ce nouveau lancement de procédure de PPP…présente dans sa pré-étude des chiffres très différents de la première! Ce qui réjouit l’ancienne opposante Marion Devineau, par « ses montants plus raisonnables et son économie substantielle d’un million d’euros par an par rapport au premier PPP »!

Ce dont on peut se réjouir si cela est vrai…

Mais nous nous interrogeons sur certaines zones d’ombres qui se font jour :

*     comment peut-on sur un même contrat, avec les mêmes objectifs et le même cahier des charges…réduire en un an d’intervalle le montant du marché d’un million d’euros par an?

*     Le premier marché était-il surfacturé à la Ville? Dans ce cas là, heureusement que la procédure a été annulée grâce à la vigilance des services de l’Etat…sinon la Ville se serait faite plumer de vingt millions d’euros en vingt ans!

*     Ou bien est-ce que les chiffres de ce nouveau PPP sont…sous-facturés? Toujours est-il que ceux présentés dans le bilan global comparatif entre la soluttion PPP et celle d’un marché public dans la délibération du conseil municipal…sont différents de ceux du bilan de l’étude jointe en annexe!

Pas courant…

…qu’une réunion de commission d’appel d’offres ne puisse se tenir par manque de courant! C’est pourtant ce qui est arrivé, selon la conseillère municipale d’opposition Maryline Assénat, qui en a profité pour demander qui s’occupait aujourd’hui de la maintenance électrique de la Ville depuis l’annulation du premier PPP. Pour l’heure, apparemment personne ?

La phrase du jour

« Comme on sera réélu en 2014…on pourra le finir! » (Emile Anfosso, en parlant du projet d’élargissement de la rue Caraussanne).

S’il voit l’avenir…comme il a vu celui du FC Sète*, une alternance est possible! Et le projet sera terminé par la nouvelle équipe, que l’on se rassure.

* On rigole Emile…pas la peine de « casquer » notre président!

Sur le même thème...

  • 6 avril 2012 -- Conseil municipal 27 mars 2012 : on repêche sur la plage…
    Flux et reflux...revoilà encore le dossier des attributions de concessions de plage, avec les deux dernières, non traitées lors du conseil municipal du 17 mars. Pour repêcher certains candidats aux dossiers incomplets...Au menu, aussi les taux ...
  • 15 novembre 2012 -- Conseil municipal 13 novembre 2012
    Tranquille ce conseil…même si , comme souvent, certaines réponses y ont été étonnantes ou évasives ! 1 million ou deux sous l’étal ?  A l’interrogation du conseiller municipal indépendant Régis Lombardi sur les raisons d’une indication de ...
  • 9 septembre 2012 -- Désinformation municipale mensuelle, n°98 de septembre 2012
    Dans le Sète.fr n°98 de septembre 2012 distribué, à grands frais, dans toutes les boîtes à lettres de la ville, il est dit dans la rubrique ʺ Tribune Libre ʺ par la majorité municipale que ʺles finances et les orientations municipales sont bien no...
  • 19 mars 2012 -- Conseil municipal 17 mars 2012 : sur la plage abandonnée…
    Et revoilà l’attribution des exploitations de concessions de plage sur celle de Sète ! Unique ordre du jour de ce conseil. " Sur la plage abandonnée…" Si vous n’aviez pas suivi les épisodes précédents (allez refaire un tour…à la plage sur les ar...
  • 30 mars 2011 -- Conseil Municipal du 29 mars 2011
    L'hommage Ce conseil municipal s'est ouvert avec une minute de silence à la mémoire de Jacques Montagard, élu d'opposition décédé. Il est remplacé au sein du groupe "Tous pour Sète" par Pascale Resseguier. Villeroy...dans l'arène ! Avant d'en v...
  • 5 février 2012 -- Travaux : Aider les commerçants
    Fin janvier, Force Citoyenne a écrit à Sébastien Pacull, Conseiller municipal délégué au commerce et artisanat de la Ville de Sète. Pour lui demander que soit mise en place une commission d’indemnisation à l’amiable, afin d'assister les commerçant...
  • 3 février 2013 -- Régis Lombardi : je n’aurais pas voté le Budget Primitif 2013!
    Malheureusement empêché d’assister au conseil Municipal de ce 29 janvier pour des raisons professionnelles, je tenais à vous faire part de ma position sur le Budget Primitif 2013 de la Ville de Sète mis au vote. Contrairement aux grandes déclara...
  • 25 mai 2012 -- Grand’rue Mario Roustan : si jeune…et déjà si vieille !
    Les mardis 15 et 22 mai, nous avons arpenté la Grand’rue Mario Roustan et rencontrés certains commerçants locaux et riverains. En proie aux ratés d’une rénovation incomplète, irréfléchie et sans concertation. Cette artère est importante dans la v...
  • 11 mai 2011 -- Conseil municipal de mai 2011 : A propos du compte administratif 2010 (budget municipal final 2010)
    L’étude du Compte Administratif 2010 de la commune de Sète, publié par le Ministère des Finances et approuvé par le conseil municipal du 10 mai 2011, révèle une importante baisse (- 17%) de la section Investissements. L’année 2010 avec ses 10,...
  • 15 février 2012 -- Conseil municipal 8 février 2012
    Deux mois après le dernier conseil municipal, le plat de résistance de ce premier de la nouvelle année était le Budget primitif 2012. Axé sur la rigueur, sic l'adjoint aux finances... A la soupe, à la soupe ! Mais d'abord, tout réjoui d'être dev...

Vous voulez commenter ?



UA-19156857-1